Sliver

Après un divorce éprouvant, Carly Norris, jeune directrice de collection chez un éditeur new-yorkais, emménage dans un immeuble high-tech appelé également « sliver ». Quelques jours plus tard, Carly apprend qu’un des habitants de l’immeuble, Gus Hale, professeur de psychologie, a fait une chute mortelle et qu’il est le troisième occupant du sliver à mourir dans des circonstances inhabituelles.

Sliver, ou comment faire un Basic Instinct en moins bien.

Un an seulement après le succès de Paul Verhoeven, un autre film du genre voit le jour… et visiblement, le réalisateur de celui-ci avait du apprécier le corps de Sharon Stone, qu’il a donc décidé de remettre en valeur dans ce film.

Malheureusement, ça ne suffit pas pour faire un bon film – mais ça suffit pour valoir le coup d’y jeter un oeil – et ici c’est donc bien moins bon, du scénario à la réalisation. L’idée de base est pourtant intéressante, mais le voyeurisme n’est pas assez bien traité pour en faire un intérêt fort au film, et l’on se contente d’une histoire de base pour avoir droit à un film très limité.

La scène de sexe sur l’excellent Unfinished Sympathy de Massive Attack vaut cependant le détour.

3/10

1h48 — 1993

L'avis des lecteurs :

CatastropheTrop nazePas bonBof bofCorrectSympaBon filmTrès bonExcellentChef-d’œuvre (film non noté)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *