Boulevard de la mort – un film Grind House

a.k.a. Grindhouse: Death Proof

C’est à la tombée du jour que Jungle Julia, la DJ la plus sexy d’Austin, peut enfin se détendre avec ses meilleures copines, Shanna et Arlene. Ce TRIO INFERNAL, qui vit la nuit, attire les regards dans tous les bars et dancings du Texas. Mais l’attention dont ces trois jeunes femmes sont l’objet n’est pas forcément innocente.

C’est ainsi que Mike, cascadeur au visage balafré et inquiétant, est sur leurs traces, tapi dans sa voiture indestructible. Tandis que Julia et ses copines sirotent leurs bières, Mike fait vrombir le moteur de son bolide menacant…

Ouah !

Voilà un film qui sort de l’ordinaire, un film death proof donc, dans lequel Tarantino se fait clairement plaisir ! Le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est fun, jouissif, un pur moment de plaisir qui nous déconnecte de tout le reste, à la seule condition qu’on soit dans le film.

Au niveau de la forme, l’ambiance 70’s est incroyable – avec les portables souvent présents tranchant radicalement – que cela soit musicalement ou à l’image, vieillie superbement, et saccadée de coupures volontaires. On retrouve de nombreuses références cinématographiques, et c’est finalement un vrai hommage qui est rendu aux films d’action américains de l’époque ; or il est vraiment étonnant de voir ce que Tarantino est capable de faire à partir de si peu, d’une histoire certes prenante mais simpliste au possible…

Car dans le fond, le film se découpe en quatre scènes : deux longs dialogues de filles, après lesquels Mike intervient assouvir son obsession de course-poursuite amenant au crime à partir de sa voiture… Assez sommaire, mais terriblement efficace, ce scénario ne pèche que par ses longs dialogues, excessifs à la longue, et qui se révèlent être le gros défaut du film, trop bavard au final. Après cela, il ne reste que les courses-poursuites, mais quelles courses-poursuites !

Si le premier meurtre est des plus violents, la réalisation de l’accident qui suit est tout simplement un pur moment d’anthologie ! La scène du point de vue de chaque victime est somptueuse, gore mais magnifiquement mise en scène ; en tant que réalisateur, Tarantino est décidément génial ! Et la longue cascade de Zoé par la suite se laisse très bien suivre également, avec une réalisation qui n’est pas sans rappeler les cultes Duel et Easy Rider aux ambiances si particulières, avec leurs scénarios inexistants mais aux mises en scène tellement en harmonie avec les véhicules filmés… d’autant plus que le film se résume à un duel entre Mike et les filles, et que le fameux « on va leur foutre la trouille » des camionneurs de la fin du film de Dennis Hopper pourrait être la seule phrase prononcée par Mike.

Un film expérimental à ne pas prendre au premier degré, mais à contempler simplement, pour les clins d’oeil, les filles sexy, et les scènes d’action. Une fois le surplus de papotages oublié, le reste n’est que pur plaisir.

8/10

1h50 — 2007

L'avis des lecteurs :

CatastropheTrop nazePas bonBof bofCorrectSympaBon filmTrès bonExcellentChef-d’œuvre (film non noté)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *