99 F

Octave est le maître du monde : il exerce la profession de rédacteur publicitaire. Il décide aujourd’hui ce que vous allez vouloir demain. Pour lui, « l’homme est un produit comme les autres ». Octave travaille pour la plus grosse agence de pub du monde : Ross & Witchcraft, surnommée « La Ross ». Il est couvert d’argent, de filles et de cocaïne. Pourtant, il doute.

Deux événements vont bouleverser le cours de la vie d’Octave. Son histoire d’amour avec Sophie, la plus belle employée de l’agence, et une réunion chez Madone pour vendre un film de pub à ce géant du produit laitier. Le doué Octave déjante alors et décide de se rebeller contre le système qui l’a créé, en sabotant sa plus grande campagne.

De Paris, où négocient les patrons d’agences, à Miami, où l’on tourne un spot sous antidépresseurs, de Saint-Germain-des-Prés à une île perdue d’Amérique Centrale, Octave parviendra-t-il à échapper à sa prison dorée ?

Film annoncé comme un OVNI, il est en effet très surprenant, quoi qu’en puisse en penser. Mélange des genres à la réalisation originale et très osée, ce film qui a pour but de dénoncer la publicité réussit son premier pari : être créatif lui-même, à la manière justement d’une publicité. Il aborde des thèmes aussi variés que « l’amour, l’art, la planète Terre, vous, moi »… tout en restant un film et en l’assumant : le spectateur a ainsi droit à quelques messages, adressés directement et de façon plutôt amusante.

L’ambiance du film varie d’un instant à l’autre, et le coté créatif drogué qui a cinquante idées à la seconde ressort bien : le film est bourré d’idées originales, qui sont souvent excellentes d’ailleurs. La narration d’Octave plonge le spectateur dans l’histoire, et le style emprunté varie selon les humeurs d’un héros très variable selon son état mental. Et ce qui est intéressant, c’est que les idées innovent aussi bien dans la structure générale du film, que dans les scènes prises une à une pour offrir des images fortes. Le tout est orienté autour de Jean Dujardin qui excelle dans un rôle à double facette, à la fois tragique et comique. Les seconds rôles sont de plus souvent intéressants et offrent quelques clins d’oeil bien pensés.

Il est bon de préciser toutefois que ce film n’est pas à mettre sous tous les regards, étant très loin d’une comédie familiale, tant il joue sur son coté trash, souvent déjanté, voire parfois choquant. On y voit de la drogue, du sexe, de la violence sans beaucoup de retenue : résultat, c’est cynique, satirique, et assez noir quelque fois… Mais le film a aussi des moments très drôles : les critiques des publicitaires sont particulièrement réussies, et les réunions et autres tournages de pubs clichés sont extrêmement réussis ! Bref, pris entre plusieurs sensations, le spectateur n’a pas le temps de s’ennuyer une seconde dans un film qui parait pourtant durer bien plus qu’une heure quarante, tant les scènes diverses s’enchâinent sur un rythme effréné.

Les défauts car il y en a, restent son coté trash / vulgaire que certains trouveront exagéré, et la toute fin du film, assez inutile en elle-même – non pas l’idéal montré loin des médias et de toute société de consommation, mais plus encore la note « positive » de la dernière affiche, finalement sans grand intérêt si ce n’est faire « plaisir » au spectateur ; le public qui aimera ce film semble pourtant loin d’attendre ce coté romantique. Au-delà de ça, le film est réussi : très novateur, il marque les esprits, fait rire, et critique la pub de façon intelligente. Une réussite qui fait surtout plaisir à voir par son originalité.

8/10

1h40 — 2006

L'avis des lecteurs :

CatastropheTrop nazePas bonBof bofCorrectSympaBon filmTrès bonExcellentChef-d’œuvre (film non noté)
Loading...Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>