Sweeney Todd : le diabolique barbier de Fleet street

a.k.a. Sweeney Todd : the demon barber of Fleet street

Après avoir croupi pendant quinze ans dans une prison australienne, Benjamin Barker s’évade et regagne Londres avec une seule idée en tête : se venger de l’infâme Juge Turpin qui le condamna pour lui ravir sa femme, lucy, et son bébé, Johanna. Adoptant le nom de Sweeney Todd, il reprend possession de son échoppe de barbier, située au-dessus de la boulangerie de Mme Nellie lovett. Celle-ci l’informe que Lucy se donna la mort après avoir été violée par Turpin.Lorsque son flamboyant rival Pirelli menace de le démasquer, Sweeney est contraint de l’égorger. L’astucieuse Mme Lovett vole à son secours : pour le débarrasser de l’encombrant cadavre, elle lui propose d’en faire de la chair à pâté, ce qui relancera du même coup ses propres affaires.Sweeney découvre que Turpin a maintenant des visées sur Johanna, qu’il séquestre avec la complicité de son âme damnée, le Bailli Bamford. L’adolescente a attiré les regards d’un jeune marin, Anthony, celui-là même qui avait sauvé Sweeney lors de son évasion. Amoureux fou de la jeune innocente, Anthony se promet de l’épouser après l’avoir arrachée à Turpin.Pendant ce temps, le quartier de Fleet Street s’est entiché des « tartes » très spéciales de Mme Lovett, et celle-ci se prend à rêver d’une nouvelle vie, respectable et bourgeoise, avec Sweeney pour époux et Toby, l’ancien assistant de Pirelli, comme fils adoptif. Mais Sweeney est bien décidé à mener à terme sa vengeance, quel qu’en soit le coût…

Ce film est déjà la sixième collaboration de Johnny Depp et de Tim Burton, qui confirment qu’ils sont bien l’un des duos les plus créatifs du cinéma à l’heure actuelle. Et si l’adaptation de La Planète des Singes laissaient les fans de Burton sur leur faim, ce personnage permet au réalisateur d’exprimer tout son génie à travers la noirceur de la légende.

Car cette « comédie » musicale regroupe tout ce que sait si bien faire Tim Burton, à savoir une ambiance très sombre pour des personnages complexes, solitaires et machiavéliques. Ici c’est carrément jubilatoire de voir le vieux Londres retranscrit de la sorte, avec cette superbe histoire mêlant humour et cruauté. La vision du monde et de l’homme y est assez effrayante, de l’image des plus puissants au cannibalisme réjouissant les clients.

Esthétiquement c’est parfait, l’atmosphère gothique est magnifique et les jeux de couleurs (le sang est un des éléments clés du film) ainsi que la vivacité qui ressort lors des flash-backs ou lors des rêves tranchent (!) de façon admirable. Certes les chansons rappellent plus Broadway qu’un quartier sinistre anglais, mais elles passent bien dans l’ensemble, et permettent d’amener une touche originale par rapport à ce que l’on a l’habitude de voir au cinéma.

Bref, ce pari risqué d’adapter ce spectacle chanté au cinéma est on ne peut plus réussi. Rarement autant d’enthousiasme n’aura été mis au service d’une histoire si morbide, et avec ce genre si particulier, Tim Burton signe peut-être là son meilleur film.

9/10

1h55 — 2007

L'avis des lecteurs :

CatastropheTrop nazePas bonBof bofCorrectSympaBon filmTrès bonExcellentChef-d’œuvre (film non noté)
Loading...Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>