Astérix aux Jeux Olympiques

Pour remporter les Jeux Olympiques et permettre au jeune Alafolix d’épouser la Princesse Irina, Astérix et Obélix devront affronter le machiavélique Brutus, fils de César, au cours d’une Olympiade.

Après un Astérix et Obélix contre César complètement raté, et un Astérix et Obélix : mission Cléopâtre dirigé par Alain Chabat et (donc) réussi, ce troisième volet de la saga est… plus proche du premier. Malgré tous les efforts déployés (le budget permettant costumes, acteurs et effets spéciaux intéressants) le scénario et l’écriture des gags n’est clairement pas à la hauteur, et le bilan est sans appel pour une comédie : on ne rit que trop rarement.

Les deux réalisateurs n’ont pas lésiné sur les moyens, et usent et abusent d’effets visuels souvent inutiles, dans des décors certes soignés, mais qui ne sont pas le plus important ici. Au niveau des acteurs, si chacun y trouvera son bonheur tant les comiques se multiplient, tous n’ont pas un grand rôle à jouer – et finalement peu ont l’occasion de se mettre en valeur. Benoît Poelvoorde qui dispose de quelques répliques sympas, et Alain Delon dans une auto-parodie sont les deux qui s’en tirent le mieux. Mais pour le reste, le public ciblé est clairement jeune, avec la majorité des gags se résumant à une chute et/ou une baffe d’un gaulois à un romain. Et comme il ne se passe pas grand chose pendant le film…

Restent quelques bonnes idées par ci par là, comme la présence de Schumi pendant la course de char, ou le buffet (après 1h30 de film) où Jamel et les guests sportifs amènent un élan nouveau dans les dix dernières minutes. Pas suffisant pour sauver le film, décevant.

3/10

1h53 — 2007

L'avis des lecteurs :

CatastropheTrop nazePas bonBof bofCorrectSympaBon filmTrès bonExcellentChef-d’œuvre (film non noté)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *