Burn After Reading

Osborne Cox, analyste à la CIA, est convoqué à une réunion ultrasecrète au quartier général de l’Agence à Arlington, en Virginie. Malheureusement pour lui, il découvre rapidement l’objectif de cette réunion : il est renvoyé. Cox ne prend pas très bien la nouvelle. Il rentre chez lui à Georgetown pour écrire ses mémoires et noyer ses ennuis dans l’alcool – pas nécessairement dans cet ordre. Sa femme, Katie, est consternée, mais pas vraiment surprise. Elle a une liaison avec Harry Pfarrer, un marshal fédéral marié pour qui elle décide alors de quitter Cox.

Quelque part dans une banlieue de Washington, à des années-lumière de là, Linda Litzke, employée au club de remise en forme Hardbodies Fitness, a du mal à se concentrer sur son travail. La seule chose qui l’intéresse, c’est l’opération de chirurgie esthétique d’ampleur qu’elle désire subir. Elle compte sur son collègue, Chad Feldheimer, pour faire son boulot à sa place. Linda est à peine consciente que le directeur de la salle de sport, Ted Treffon, est fou d’elle, même si elle rencontre d’autres hommes via Internet.

Lorsqu’un CD contenant des informations destinées au livre de Cox tombe accidentellement entre les mains de Linda et Chad, tous deux décident de tirer parti de cette aubaine. Alors que Ted se fait du souci, persuadé que « rien de bon ne sortira de tout ça », les événements se précipitent et échappent bientôt à tout contrôle, occasionnant une série de rencontres aussi dangereuses qu’hilarantes…

L’alternance film noir / comédie déjantée continue chez les frères Coen, puisque loin du thriller proposé en début d’année, Burn after reading est un film drôle centré sur des personnages plus « loosers » les uns que les autres.

L’histoire se met d’abord lentement en place, le temps de présenter les personnages… et quand vient le tour de Brad Pitt – nouveau venu chez les frères Coen – le scénario s’emballe : le tout devient totalement invraisemblable mais souvent très drôle. Avec du recul, c’est du classique chez le duo de réalisateurs : ces acteurs célèbres se retrouvent dans des rôles inhabituels de ringards, et les péripéties s’enchaînent grâce à l’idiotie des personnages. C’est simple, mais de bonnes idées permettent de rire de nombreuses fois, et l’on s’amusera facilement des performances du joli casting réuni ici. Parce que les quiproquos en deviennent vraiment trop énormes, et que le simple (!) résumé de la situation par la CIA en fin de film est hilarant à lui tout seul. Et puis parce que Joël & Ethan Coen savent surprendre quand il le faut ; ici, le face-à-face entre George Clooney & Brad Pitt était forcément attendu, et il est pour le moins étonnant.

Alors si cet opus n’est pas tant réussi que leurs meilleures comédies (O’Brother, The Big Lebowski), ce qui n’est qu’un exercice à moitié réussi du duo Coen vaut tellement mieux que la majorité des films, que l’on passera tout de même un excellent moment devant ce film.

7/10

1h35 — 2008

L'avis des lecteurs :

CatastropheTrop nazePas bonBof bofCorrectSympaBon filmTrès bonExcellentChef-d’œuvre (film non noté)
Loading...Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>