Vengeance

Un père vient à Hong Kong pour venger sa fille, victime de tueurs à gages. Sur son passeport est marqué « cuisinier ». 20 ans plus tôt, il était un tueur professionnel.

Outre le fait qu’il mette en scène Johnny Hallyday parlant (mal) anglais, Vengeance se distingue surtout par le superbe style de son réalisateur, Johnnie To. L’esthétique est très soignée, notamment dans toutes les scènes d’action, souvent ralenties pour mieux admirer les coups de feu et autres giclements d’hémoglobine. Quelques scènes sont même vraiment magnifiques, comme le combat au milieu d’une forêt uniquement éclairée par la lune, aux jeux de lumière remarquables. Ou encore la reconstitution des meurtres par les trois nouveaux amis de Johnny, avec un habile montage mêlant passé & présent.

Le film est visuellement réussi donc, parfois drôle aussi, malgré l’ambiance souvent dramatique régnant autour des histoires de règlements de compte. Mais le réalisateur hong-kongais a parfois voulu ajouter des touches d’humour (de poésie ?) plus surprenantes, et c’est ainsi que l’on verra un frisbee ou une bicyclette s’animer de façon exagérée – toujours avec un style superbe, mais de façon forcément plus déroutante. Et puis malgré sa beauté, Vengeance ne parvient pas à passionner totalement à cause d’un manque de consistance dans son scénario. Certes le personnage de Costello semble fragile, mais sa perte de mémoire est trop soudaine ; et jamais elle n’aura un rôle important, alors qu’elle aurait pu apporter une réflexion sur l’utilité de la vengeance. Costello ne se souvient pas pourquoi, mais il se venge…

Et pendant que ces thèmes sont à nouveau à l’honneur, l’occasion est trop belle pour ne pas oublier de revoir le génial Memento.

6/10

1h48 — 2009

L'avis des lecteurs :

CatastropheTrop nazePas bonBof bofCorrectSympaBon filmTrès bonExcellentChef-d’œuvre (film non noté)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *