Une semaine sur deux (et la moitié des vacances scolaires)

Léa, douze ans, aurait aimé vivre dans une autre famille…
Une famille où l’on ne se sépare pas, où l’on n’a pas deux maisons… une famille où sa mère la comprendrait mieux, où son père aurait un peu plus les pieds sur Terre et où son petit frère écolo ne lui reprocherait pas son temps passé sous la douche sous prétexte qu’il n’y aura bientôt plus d’eau sur la planète…
Cette année-là, Léa entre en cinquième. Tandis que son père et sa mère tentent de reconstruire leur vie, elle va connaître son premier amour, celui qui bouscule les certitudes sur le monde, sur les parents, celui qui fait qu’on n’est plus jamais vraiment le même.
Cette année-là, chacun va peu à peu retrouver son équilibre et s’ouvrir aux autres…

Enième film du genre, Une semaine sur deux (et la moitié des vacances scolaires) souffre malheureusement des défauts habituels : voulant s’attaquer à trop de thèmes à la fois, il ne fait que les évoquer et accumule les clichés. Les parents, les ados (trop peu naturels dans ce film), tout le monde a droit à sa période heureuse, puis triste… puis heureuse, happy-end convenue oblige. On retrouve une ou deux chansons sympas pour agrémenter le tout, mais peu de bonnes idées et surtout aucune originalité. Certes quelques situations prêtent à sourire, trop rarement, mais l’ensemble est poussif.

4/10

1h38 — 2009

L'avis des lecteurs :

CatastropheTrop nazePas bonBof bofCorrectSympaBon filmTrès bonExcellentChef-d’œuvre (1 note(s). Moyenne : 6,00 sur 10)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *