Somewhere

Johnny Marco, auteur à la réputation sulfureuse vit à l’hôtel du Château Marmont à Los Angeles. Il va recevoir une visite inattendue : sa fille de 11 ans.

Avec Somewhere, Sofia Coppola ne déroge pas à sa règle d’or : elle use et abuse de longs plans fixes pour raconter une histoire dramatique, une relation à la fois drôle et émouvante, mais qui ne mène nulle part.

Ici, le séjour d’une jeune fille chez son père, un acteur hollywoodien qui s’ennuie dans son hôtel malgré un nombre de conquêtes impressionnant, est intéressant et plutôt bien tourné. Clairement, c’est beau, parfois amusant, parfois touchant, et la réalisatrice parvient à mettre en valeur de façon remarquable des instants qui pour d’autres seraient restés anodins.

Seulement voilà, avant et après cette jolie histoire, Sofia Coppola tient à montrer le coup de blues de cet acteur, sa solitude, sa mélancolie permanente. Mais elle réussit « trop bien » son coup puisqu’elle provoque l’ennui autant qu’elle veut le montrer. Les symboles utilisés sont d’une lourdeur assez pathétique (des tours de voiture à n’en plus finir, jusqu’à la décision de finalement continuer la route à pied) et tout cela paraît bien inutile. Si bien que ce Somewhere laisse une impression très mitigée.

5/10

1h38 — 2010

L'avis des lecteurs :

CatastropheTrop nazePas bonBof bofCorrectSympaBon filmTrès bonExcellentChef-d’œuvre (1 note(s). Moyenne : 2,00 sur 10)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *