Beginners

Oliver, illustrateur a Los Angeles, collectionne les ex et les déceptions amoureuses. Quand son père, Hal, tire sa révérence après avoir fait son coming-out a 75 ans et rejoint avec entrain la communauté homosexuelle, Oliver se penche sur ses relations familiales et ses échecs sentimentaux. Et il hérite d’un chien philosophe et bavard. La dépression guette. Jusqu’au jour où il rencontre Anna…

Mike Mills, talentueux réalisateur de clips (citons le grandiose Sexy Boy de Air) passe au long métrage avec un scénario très original, puisque quasi-autobiographique : celui d’un homme bouleversé par le coming-out de son père, alors âgé de 75 ans, et finalement peu avant la mort de ce dernier.

Un peu à la manière de Blue Valentine sorti en France le même jour, le montage alterne intelligemment les flashbacks et les scènes du présent, mêlant ainsi joies et peines, avec une progression intéressante pour le spectateur.

Moins sombre, et même parfois très amusant, Beginners n’a pas la prétention d’analyser un échec amoureux mais permet tout de même de comprendre les difficultés qu’éprouve Oliver (Ewan McGregor, remarquable) à établir une relation durable. L’histoire n’a rien de complexe et se contente souvent d’anecdotes a priori anodines, mais rendues délicieuses grâce à des personnages secondaires toujours très justes. On ne peut qu’apprécier la simplicité de l’excellent Christopher Plummer jouant le rôle du père, et rire des réflexions du chien (sic), adorable.

La mélancolie qui se dégage en permanence rend le film extrêmement touchant. Vivement la suite de la carrière de Mills au cinéma…

7/10

1h44 — 2010

L'avis des lecteurs :

CatastropheTrop nazePas bonBof bofCorrectSympaBon filmTrès bonExcellentChef-d’œuvre (1 note(s). Moyenne : 6,00 sur 10)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *