Insidious

Josh, son épouse et leurs trois enfants vivent depuis peu dans leur nouvelle maison lorsque l’aîné tombe dans un coma inexpliqué. Étrangement, une succession de phénomènes paranormaux débute peu après. Un médium leur révèle alors que l’âme de leur fils se trouve quelque part entre la vie et la mort, dans la dimension astrale, et que les manifestations sont l’oeuvre de forces maléfiques voulant s’emparer de son enveloppe corporelle. Pour le sauver, Josh va devoir lui aussi quitter son corps et s’aventurer dans l’au-delà…

James Wan, brillant réalisateur de Saw, change légèrement de registre en quittant le gore pour s’essayer à l’épouvante surnaturelle. Il ne s’agit donc plus d’accumuler les tortures et l’hémoglobine, mais de créer une ambiance pesante. La tache s’annonce donc plus difficile…

Si l’introduction est assez lente et que les premières péripéties se font attendre, le début est d’un niveau plutôt intéressant. Le classicisme utilisé l’est à bon escient, les déplacements de caméra intelligents, et le réalisateur joue habilement des principaux codes du genre. On évite le banal du mauvais Paranormal Activity, et ses quelques mouvements de draps ou de portes. Ici la « présence » est souvent hors-champ mais bien stressante, et une simple alarme arrive à créer la panique. Et l’on a même droit à quelques apparitions d’esprits pour pimenter le tout.

Le bât blesse malheureusement dès le changement de maison et l’arrivée des autres personnages. Le film provoque davantage le sourire que la peur lors de ses séances d’exorcisme, sans que l’on sache trop si c’est volontaire ou non. Le côté décalé des deux acolytes de la médium est évidemment voulu ; mais l’aspect amusant des fantômes peut-être moins. La fin est ainsi bancale niveau scénario, les jeux de lumière bien inutiles et le tout ne fait même pas peur. Barbara Hershey était par exemple plus inquiétante dans Black Swan. Petite déception aussi pour le personnage de l’enfant, finalement trop peu utilisé malgré les espoirs légitimes placés en l’affiche du film.

Il ne fallait certes pas attendre d’Insidious qu’il atteigne les sommets du genre, en filmant la démence d’une famille a priori sans histoire (Shining). Mais des productions récentes ont mieux su provoquer l’effroi ([Rec]) ou rendre hommage au genre (le délirant Jusqu’en enfer).

5/10

1h42 — 2010

L'avis des lecteurs :

CatastropheTrop nazePas bonBof bofCorrectSympaBon filmTrès bonExcellentChef-d’œuvre (1 note(s). Moyenne : 1,00 sur 10)
Loading...Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>