The Descendants

A Hawaii, la vie d’une famille bascule. Parce que sa femme vient d’être hospitalisée suite à un accident de bateau, Matt King tente maladroitement de se rapprocher de ses deux filles, Scottie, une gamine de dix ans vive et précoce, et Alexandra, une adolescente rebelle de dix-sept ans. Il se demande aussi s’il doit vendre les terres familiales, les dernières plages tropicales vierges des îles, héritées de ses ancêtres hawaiiens. Quand Alexandra lui révèle que sa mère avait une liaison, le monde de Matt vacille. Avec ses deux filles, il part à la recherche de l’amant de sa femme. Durant une semaine essentielle, au fil de rencontres tour à tour drôles, perturbantes et révélatrices, il va finalement prendre conscience que sa principale préoccupation est de reconstruire sa vie et sa famille…

Alexander Payne adapte à l’écran un roman franchement pas gai, ce qui n’est jamais chose aisée. Heureusement pour lui, l’histoire recèle d’éléments plus heureux sur lesquels il peut s’appuyer pour rendre le film moins lourd.

Le premier de ces éléments c’est le lieu dans lequel évoluent les personnages : l’Etat d’Hawaï qui offre des paysages sublimes. Dans ce décor paradisiaque, la femme de Matt King (George Clooney) vit ses dernières heures après un accident de bateau. Matt doit donc préparer son deuil tout en apprenant à s’occuper de ses filles, ce qu’il n’a jamais pris le temps de faire jusque-là. Un malheur n’arrivant jamais seul, il apprend que sa femme le trompait. En parallèle, une vente importante d’un legs dans sa famille va révéler la cupidité de ses cousins…

Le film joue beaucoup sur ce genre d’oppositions, beauté des images / dramatique de la situation, deuil familial / fortune à venir – mais aussi sur la confrontation de personnages qui ont parfois bien peu en commun, à commencer par Matt et ses filles. En formant véritablement une famille pour la première fois, ils font pendant une semaine des rencontres atypiques qui offrent au spectateur une galerie de personnages intéressants. D’autant que la plus grande est accompagnée d’un ado pas très malin – et un peu trop caricatural – qui apporte une touche d’humour au milieu de situations bien tristes. On rit souvent noir étant donné le tragique qui constitue la trame principale, mais ces légers moments de détente apportent finalement beaucoup pour éviter l’excès de pathos. The Descendants, ou comment faire son deuil en chemise hawaïenne.

Bien aidé par George Clooney, très touchant, et Shailene Woodley (jolie révélation), Alexander Payne signe un très beau film.

7/10

1h50 — 2011

L'avis des lecteurs :

CatastropheTrop nazePas bonBof bofCorrectSympaBon filmTrès bonExcellentChef-d’œuvre (1 note(s). Moyenne : 7,00 sur 10)
Loading...Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>