Rebelle

a.k.a. Brave

Depuis la nuit des temps, au cœur des terres sauvages et mystérieuses des Highlands d’Ecosse, récits de batailles épiques et légendes mythiques se transmettent de génération en génération. Merida, l’impétueuse fille du roi Fergus et de la reine Elinor, a un problème… Elle est la seule fille au monde à ne pas vouloir devenir princesse ! Maniant l’arc comme personne, Merida refuse de se plier aux règles de la cour et défie une tradition millénaire sacrée aux yeux de tous et particulièrement de sa mère. Dans sa quête de liberté, Merida va involontairement voir se réaliser un vœu bien malheureux et précipiter le royaume dans le chaos. Sa détermination va lui être cruciale pour déjouer cette terrible malédiction.

Pixar est de retour après le moins bon long métrage depuis les débuts du studio : Cars 2. Nouveauté appréciable, le personnage central Merida, est une fille ! En fait, l’histoire se base principalement sur la relation entre l’héroïne et sa mère, reléguant clairement les hommes au second plan, dans des rôles les mettant d’ailleurs fort peu en valeur. Voilà qui fait un point commun avec Raiponce, duquel on retrouve également l’aspect rébellion contre l’autorité parentale (et même royale ici).

Le dernier Disney était altéré par une histoire finalement trop convenue malgré un début prometteur, et on retrouve malheureusement ici des défauts similaires. L’influence de Disney sur ce Pixar est plutôt mauvaise : les chansons un peu niaises et la morale trop simple gâchent un peu le plaisir. Car pour le reste, c’est du tout bon ! Rebelle parvient à faire rire souvent, grâce à ses personnages secondaires notamment : les hommes donc, mais aussi des triplés intenables, et surtout une sorcière et son corbeau qui proposent des séquences très comiques. Et Rebelle parvient à toucher également, malgré sa trame assez simpliste. Enfin, si l’esthétique de l’héroïne vaut davantage pour sa chevelure que pour le reste (les traits du visage paraissent notamment négligés), les décors sont d’une beauté hallucinante – à voir entre autres, un superbe ralenti sur un tir à l’arc de Merida, et une scène de pêche où l’eau atteint un photoréalisme rare.

Une nouvelle réussite donc, même si l’histoire, davantage destinée aux enfants qu’aux adultes, reste le point faible d’un film qui n’atteint pas les sommets auxquels on s’attend désormais de la part du studio d’animation californien.

7/10

1h35 — 2012

L'avis des lecteurs :

CatastropheTrop nazePas bonBof bofCorrectSympaBon filmTrès bonExcellentChef-d’œuvre (film non noté)
Loading...Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>