Le Capital

La résistible ascension d’un valet de banque dans le monde féroce du Capital.

Le cinéma français tente une nouvelle incursion dans le monde financier, pour dénoncer le système en cette période de crise. Dans Le Capital, on n’apprend malheureusement pas grand-chose, si ce n’est que ce monde est peuplé de requins, et que rares sont ceux qui veulent vraiment jouer aux Robin des Bois.

Costa-Gavras a le mérite de prendre le risque de propulser Gad Elmaleh à la tête d’un tel rôle – encore que ce n’était peut-être pas son premier choix. Si le comédien n’est pas forcément toujours convaincant, il s’en tire plutôt bien dans l’ensemble ; d’autant que l’image qui lui colle irrémédiablement à la peau ne déteint pas trop avec celle du personnage, finalement propulsé à la tête d’une banque plus pour son image moderne que par compétences pures. L’acteur principal & son réalisateur en font quand même parfois un peu trop, comme dans une dernière scène qui réunit pas mal de clichés.

Rien d’original à part ça, et Le Capital distrait tout juste le temps d’un téléfilm, sans par exemple passionner tel un thriller au suspense maîtrisé, comme l’a fait Margin Call dans le même thème.

4/10

1h53 — 2012

L'avis des lecteurs :

CatastropheTrop nazePas bonBof bofCorrectSympaBon filmTrès bonExcellentChef-d’œuvre (1 note(s). Moyenne : 5,00 sur 10)
Loading...Loading...

Une réflexion sur “ Le Capital ”

  1. C’est vrai que c’est ennuyeux comme film. Je m’attendais à quelque chose de plus péchu qui taille plus dans le vif du sujet avec ce réalisateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>