Sin City : j’ai tué pour elle

a.k.a. Sin City: A Dame to Kill For

Dans une ville où la justice est impuissante, les plus désespérés réclament vengeance, et les criminels les plus impitoyables sont poursuivis par des milices.
Marv se demande comment il a fait pour échouer au milieu d’un tas de cadavres. Johnny, jeune joueur sûr de lui, débarque à Sin City et ose affronter la plus redoutable crapule de la ville, le sénateur Roark. Dwight McCarthy vit son ultime face-à-face avec Ava Lord, la femme de ses rêves, mais aussi de ses cauchemars. De son côté, Nancy Callahan est dévastée par le suicide de John Hartigan qui, par son geste, a cherché à la protéger. Enragée et brisée par le chagrin, elle n’aspire plus qu’à assouvir sa soif de vengeance. Elle pourra compter sur Marv…
Tous vont se retrouver au célèbre Kadie’s Club Pecos de Sin City…

Les adaptations des bandes dessinées de et par Frank Miller, ont déjà donné le meilleur (Sin City) comme le pire (The Spirit). À nouveau aidé de Robert Rodriguez, et de retour avec quelques personnages et surtout l’atmosphère si particulière du premier nommé, on pouvait espérer un film de qualité cette fois-ci.

Visuellement, le style est conservé et on retrouve l’esprit comics dès l’introduction. À nouveau en faux noir & blanc pour mieux faire ressortir quelques couleurs vives, Sin City 2 est de ce point de vue très réussi, même si les effets de couleurs impressionnent moins que dans Sin City premier du nom.

Pour ce qui est du scénario en revanche, ce second volet est moins bien écrit que le premier, et c’est ce qui gâche le plaisir : là où les histoires s’enchaînaient de façon très intéressante dans le précédent opus, ici c’est plus convenu et moins riche en rebondissements. Les liens entre les personnages sont moins bons, et l’effet de surprise diminue.
Reste que la plastique d’Eva Green – personnage central très réussi – est loin d’être désagréable, même si elle n’a pas la classe de Jessica Alba, un peu trop en retrait ici. Mickey Rourke est toujours aussi bon en Marv’ mais à l’inverse, Bruce Willis n’a plus grande utilité. Bref ce Sin City 2 est fait de hauts et de bas, qui en font un divertissement sympathique mais oubliable. À mi-chemin entre Sin City et The Spirit, finalement…

5/10

1h42 — 2014

L'avis des lecteurs :

CatastropheTrop nazePas bonBof bofCorrectSympaBon filmTrès bonExcellentChef-d’œuvre (film non noté)
Loading...Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>